Matusalem 15

>

Gran Reserva

 

Le rhum Matusalem est un rhum d’origine cubaine, mais devenu dominicain par la force des choses suite à la révolution menée par Fidel Castro. Vous avez sans doute déjà croisé sa bouteille étant donné son relatif succès chez la plupart des cavistes et dans les bars (au coté des zcapa, angostura et autre diplomatico).

Il est vieilli selon la méthode solera et fabriqué à partir d’une recette qui a traversé plusieurs générations. Voyage en République Dominicaine accompagné d’un cubain du nom de Matusalem…

 

prix : vous pouvez le trouver relativement facilement pour 30€ les 70cl. (40°) sur internet. Un poil plus cher en magasin.

âge : inconnu au bataillon… comme tout bon rhum solera. Ne vous fiez donc pas à l’âge indiqué sur la bouteille, et disons pour être optimiste qu’il doit avoir quelque chose comme 6 ou 7 ans d’âge moyen.

 

La société cubaine Matusalem est gérée par la même famille depuis sa création qui remonte à 1872. En 1960 la révolution castriste va mettre à mal leur commerce et il faudra attendre plusieurs dizaines d’années avant de retrouver sur les étals des magasins les rhums Matusalem (fait donc dorénavant en République Dominicaine) grâce à Claudio Alvarez, arrière petit-fils d’Eduardo Camp (un des deux frère à l’origine de la création de la marque) qui a décidé un beau jour de relancer la production. Une bouteille qui attire l’œil et qui ne laissera personne indifférent, d’où une partie de son succès.

 

 

Ce rhum présente une couleur dorée, très claire et aux reflets légérement orangés. Cela peut paraitre plutôt classique à première vue mais pas tant que ça puisqu’on est ici loin des couleurs plus sombres que l’on retrouve habituellement chez les rhums vieillis en Solera. On l’imagine donc -avec un certain plaisir et étonnement- sans ajout de caramel. Les jambes sont assez épaisses et retombent plutôt lentement au fond du verre.

La première odeur à se dégager est le boisé du chêne, les épices (cannelle) et la vanille ; Là encore un nez beaucoup moins sucré et enjôleur que ces concurrents. On découvre dans le verre des touches de miel, de banane et d’orange qui s’installent progressivement pour laisser place -après repos- au boisé (toujours) mais aussi aux fruits séchés (de la figue et de la prune) et secs.

L’attaque est plutôt douce, dominé une fois encore par le boisé (tabac) qui décidément prend une bonne place (trop ?) dans cette dégustation, avec une bonne dose de vanille. L’orange est toujours là aussi, mais plus sous forme de zeste, et on peut reconnaitre de l’amande qui amène un peu de légèreté mais pas suffisamment pour éclipser tout ce boisé. Ce rhum a un petit côté whisky, il n’a cependant pas de réelle complexité ni de caractère trop prononcé.

Le final est moyennement long, sans surprise sur le boisé et les épices, du caramel, et une légère amertume se développe et laisse en bouche une note de vanille assez persistante.

 

Un rhum simple et sans grande prétention qui se rapprocherait plus d’un whisky d’entrée de gamme. Le boisé prend le dessus assez rapidement et apporte une certaine amertume qui casse un peu l’ambiance de l’ensemble. On lui trouvera au moins le mérite de ne pas ressembler aux autres rhums vieillis en solera, plus souvent liquoreux, épais et concentré que ce Matusalem 15. Mais ça ne suffit pas pour convaincre, dommage… Note : 74

 

pour vous (et m’y) retrouver, concernant les notes:
90 et + : rhum exceptionnel et unique, c’est le must du must
entre 85 et 89 : rhum très recommandé, avec ce petit quelque chose qui fait la différence
entre 80 et 84 : rhum recommandable
75-79 POINTS : au-dessus de la moyenne
70-74 POINTS : dans la moyenne basse
moins de 70 : pas très bon

 

Comments
5 Responses to “Matusalem 15”
  1. paligap dit :

    « Un rhum simple et sans grande prétention qui se rapprocherait plus d’un whisky d’entrée de gamme ».C’est exactemenent cela. Voilà un rhum que j’ai donner avec soulagement.La note est bien généreuse!

    0
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] La première odeur à se dégager est le boisé du chêne, les épices (cannelle) et la vanille ; Là encore un nez beaucoup moins sucré et enjôleur que ces concurrents. On découvre dans le verre des touches de miel, de banane et d’orange qui s’installent progressivement pour laisser place -après repos- au boisé (toujours) mais aussi aux fruits séchés (de la figue et de la prune) et secs….lire la suite […]

    0


Leave A Comment