Réserve Veronelli

>

Barbancourt25le rhum & l’étoile

 

Voilà une bouteille, ou plutôt une sélection de Monsieur Luigi Veronelli, célèbre œnologue/critique gastronomique/anarchiste et écrivain italien décédé en 2004. Pour la petite histoire, c’est Luigi qui aurait déniché ce rhum directement dans les entrepôts de Barbancourt, avant de le ramener en Italie pour mise en vente au début des années 80. Une époque où la guerre du Whisky faisait rage et où le rhum n’avait pas encore acquis ses lettres de noblesses. Une bouteille historique et mythique, et sûrement le premier rhum ‘premium’ importé par un Italien, à mettre au coté des non moins mythiques Samaroli west indies 1948 et des plus vieux St James, rien que ça…

 

prix : autour des 600€ il y a 2 ans. Édition limitée à 1 196 bouteilles de 70cl et 43°.

âge : nous savons d’après l’étiquette qu’il s’agit d’un rhum de « plus de 25 ans ». Mais est-ce que le rhum a vieilli intégralement dans les entrepôts de Barbancourt, ou bien en Italie? la première piste semble la plus sérieuse puisque la bouteille utilisée provient de la distillerie (qui a dû donc embouteiller le rhum avant de l’expédier en Italie).

 

Très peu d’information autour de cette bouteille rare et énigmatique, et qui fera couler beaucoup plus d’encre que de rhum à vrai dire. Et de toute façon elle n’a -et n’aura- jamais été distribué en France mais uniquement en Italie et en quantité confidentielle (merci Internet). L’occasion en tout cas de revenir sur le rhum le plus vieux sorti par Barbancourt, et qui dans ces années là (50’s) faisait encore un rhum qui rimait plus avec qualité que quantité, avec histoire plutôt que marketing.

 

La robe de ce Barbancourt est cuivrée, bronze et assez soutenue. Des larmes à profusion, un torrent de tristesse comme si l’ouverture de la bouteille avait déclenché un drame. Les vaisseaux ensanglantés sont épais et immédiats, et retombent plutôt rapidement dans un océan trouble. Ce rhum a tout de même subi 25 années de vieillissement (et même plus à en croire l’étiquette), et semble bien vite oublier ses 25 piges de prisons, là ou les rhums du même pédigrée prennent habituellement le temps de pleurer, sûrement en ressassant un lointain passé dans une lente danse accablante.

Le nez est profond et chaleureux, sur le fruit confit (abricot, banane), la marmelade d’orange, des fruits secs grillés et caramélisés (raisin noir, date, figues), vanillés, comme si le rhum durant toutes ces longues années n’avait rien perdu de sa splendeur. On retrouve aussi de la noix, pour une odeur plutôt exquise et même gourmande (massepain). Un nez voluptueux, avec une légère astringence (tanins/boisé un peu âpre) et encore un peu plus orienté sur les fruits secs à l’aération.

L’attaque est douce et légèrement huileuse, toujours sur ce fruité (marmelade, raisins) mélangé aux tanins classieux et au zan . La bouche se fait plus sèche et le boisé se fait encore plus réglissé et tout juste caramélisé, un peu de tabac aussi, et du café. L’ensemble en bouche laisse apparaître une certaine amertume (thé) qui assèche la bouche.

La finale est moyennement longue et sur les mêmes notes de boisé, plutôt astringente, avec toujours ce caramel épicé, et du zan en quantité un peu plus importante. Il était coutume d’ajouter du caramel avant le vieillissement pour donner une sorte de caractère au rhum, ou en tout cas de la personnalité (et non comme aujourd’hui pour cacher des défauts systématiques et ‘non vendeurs’). Le verre vide est fruité, épicé, alors que la dernière goutte semble proposer une concentration de tanin, résultat de longues années passées dans le fût, ainsi qu’un léger fumé.

 

Un rhum à des années lumières de ce qui se fait aujourd’hui chez Barbancourt, tout en finesse ; Et un alcool de bouche subtil qui ne manquera pas de faire son petit effet à qui aura la chance d’y gouter. On pourra être étonné de ne pas trouver un rhum plus riche et complexe pour un 25 ans, mais rappelons que la marque haïtienne avait l’habitude de diluer son rhum à 50% avant mise en vieillissement, ce qui peut expliquer ce résultat tout en finesse. Note: 85

90 et + : rhum exceptionnel et unique, c’est le must du must
entre 85 et 89 : rhum très recommandé, avec ce petit quelque chose qui fait la différence
entre 80 et 84 : rhum recommandable
75-79 POINTS : au-dessus de la moyenne
70-74 POINTS : dans la moyenne basse
moins de 70 : pas très bon

 

Comments
4 Responses to “Réserve Veronelli”
  1. Charles poitras dit :

    Hello i got a barbancour from 19 nov 1958 You Know the prince of this bottle??? i Can show You a picture it’s a 5 star reserve special.

    0
  2. Emmanuelle dit :

    Ou as tu reussi à denicher une merveille pareille?

    0
Leave A Comment