Blanc comme Neisson

>

Le rhum blanc incarne à la perfection l’esprit et la qualité d’une distillerie ; Il est le reflet ultime d’une terre et d’un climat, d’un environnement et du travail de l’homme qui fera de son mieux pour révéler l’expression d’un terroir au travers de sa production.

Contrairement aux rhums vieillis qui relèvent d’une toute autre science, on ne triche pas avec le rhum blanc, on ne le maquille pas à coup de finish ou de sauce (à moins bien sûr de jouer d’édulcoration). C’est aussi peut-être une des raisons qui pousse la majorité des producteurs de rhum de mélasse à décolorer leur rhum vieux et le vendre en tant que ‘blanc’. Au-delà des habitudes de consommation, n’y a t-il pas derrière une question plus embarrassante de réel intérêt gustatif ?

Cette semaine, nous prendrons la direction de la distillerie du Carbet pour un état des lieux exhaustif des rhums blancs de chez Neisson. Une occasion de parler terroir et de faire un clin d’œil à Mère Nature, sans qui nos rhums seraient dépourvus de singularité et de présence… l’année 2017 sera blanche ou ne sera pas!

 

 


 

 

Neisson | du blanc comme étendard

Tout au long de son histoire, la distillerie Neisson n’a cessé de mettre en avant son terroir en proposant avant tout un rhum blanc de qualité, allant même en 2011 à travailler à partir de ses propres levures, cas unique dans la profession. Si historiquement, la distillerie a toujours proposé deux blancs (à 50 et 55°), il faudra attendre 2001 et l’occasion de leur 70 ans d’existence pour voir les choses bouger : alors que la mode est au faible degré, la distillerie sort un blanc ‘brut de colonne’ à 70°, un distillat jusque là réservé aux amis ainsi qu’aux éleveurs de coqs et aux quimboiseurs. Les premières bouteilles ne portent pas encore le nom de L’Esprit, mais son succès pousse Neisson à l’incorporer définitivement à son catalogue en lui donnant son nom de baptême au bon souvenir de la tradition. En 2007, à l’occasion d’un nouvel anniversaire, c’est une autre coutume que veut faire revivre Neisson, en proposant (bien avant tout le monde) le premier rhum blanc de l’histoire proposé en carafe avec « le Rhum par Neisson » à 52,5° : dans les années 30/40, alors que toute l’économie tournait encore autour des distilleries, il était coutume de servir le blanc en carafe quand on recevait des invités d’honneur. Fort d’un nouveau succès, la distillerie continuera de produire ce blanc mais en le conditionnant cette fois en bouteille, avec le souhait secret que chaque consommateur remplisse sa carafe une fois vidée, afin sans doute d’honorer leurs hôtes et de faire perdurer la convivialité. C’est cette même convivialité qui sera à l’origine des réhoboams sortis en 2011, pour les 80 ans de la maison . Alors que la mode est au vin en Bag In Box (sac à vin), Neisson veut montrer sa différence avec une bouteille en verre de 4,5 litres accompagnée de sa balancelle, et au diable l’avarice ; la gamme de blanc (ainsi que l’extra vieux) sortiront chacun à 80 exemplaires. Fin 2016, Neisson sort L’Esprit Bio à 66° et continue sa conversion vers le tout Bio…  (texte extrait de l’article ‘Collector Neisson’ publié dans le magazine Fine Spirits #12 ).

 

des rhums de terroir | l’Agriculture remis au centre

A l’image du vin, le rhum est le reflet d’une terre et d’un climat, d’un environnement et du travail de l’homme qui fera de son mieux pour révéler l’expression d’un terroir au travers de sa production. Et même si la définition exacte du terroir à beau diviser les experts, personne ne remet en cause l’influence des éléments naturels (sol, sous-sol, climat et topographie) ; des éléments considérés comme indépendants de la volonté de l’homme, qui au fond ne fait que rester au service et à l’écoute de sa terre. Un travail d’agriculteur où le rhum n’est que le résultat d’une activité, de son travail. Pourvu que l’on y mette du cœur, et de la raison.

Et quoi de mieux que le rhum agricole pour mettre en avant ces différences ? Neisson en est un pionnier et faisait jadis rire ses concurrents en employant avant tout le monde le mot « terroir ». Ainsi la distillerie ne sort pas un blanc, mais des blancs qui reflètent leurs différentes parcelles et résultent des différents facteurs cités ci-dessus, et qui via de savants assemblages tendront à révéler l’expression d’un terroir :

Les rhums agricoles blancs 50 et 55° proviennent de parcelles situées sur le littoral Nord-Caraïbe de la Martinique, et plus précisément des communes de Saint-Pierre (pour 60%) et du Carbet (40%).
Les terres sont caractérisées par leur fort ensoleillement et une faible pluviométrie (inférieure à 1500 mm/an). L’amplitude thermique journalière est très élevée durant le carême, période de récolte. Les sols sont peu évolués sur ponces volcaniques issues de la Montagne Pelée, à texture sablo-argileuse. Neisson va même dans ses supports à communiquer sur la composition de leur assemblage :

Variétés de cannes à sucre utilisées
Canne Bleue B69.566 : 80 %
Cristalline : 9 %
Canne R583 : 5 %
Canne Rouge B64.277 : 3 %
Canne R579 : 2 %
Canne Roseau B59.92 : 1 %

Les crus à l’origine des blancs 50 % et 55 % subissent une maturation en cuve inox pour une durée minimale de 8 semaines au cours desquelles, ils sont brassés, aérés et progressivement réduits au degré final.

Le Rhum par Neisson 52,5° est exclusivement issu des parcelles de cannes à sucre de La Thieubert, plantées en bordure de la distillerie à proximité du bord de mer. D’origine volcaniques, les sols y sont alluvionnaires à texture sablo-argileuse. L’influence du littoral caraïbe se retrouve ici à travers une sècheresse extrême ainsi que des conditions d’ensoleillement exceptionnelles. Le Rhum par Neisson est le fruit d’un long travail de maturation de plus de 4 mois.

L’Esprit 70°,  créé la première fois à l’occasion des 70 ans de la distillerie, est produit exclusivement à partir des cannes de La Thieubert au Carbet (cannes bleue et cristalline). Ni réduction ni mouillage il est directement issu de la colonne à distiller Savalle qui est spécialement réglée pour l’occasion. Il est assoupli en cuve inox pendant 6 mois puis embouteillé, comme tous les ans, à l’approche de l’anniversaire de la distillerie.

L’Esprit Bio 66° Cette cuvée constitue le premier rhum bio agricole blanc AOC Martinique, jamais produit sur l’île. Cultivées en agriculture biologique, les cannes rouge (B64), cannelle (B82.033) et zicak (B59) sont récoltées en fin de campagne suivant les recommandations de l’annexe VIII d’Ecocert, sur les parcelles de La Thieubert.

Le rhum Canne Bio habillé par Tatanka est sorti à l’occasion du 60ème anniversaire de La Maison du Whisky sous deux formats (proposés à 750 exemplaires de chaque) : le premier est un rhum blanc brut de colonne, sans réduction sorti à 66° ; le second est une version réduite à 55°. Au moment de la commande des bouteilles, Neisson n’avait pas encore reçu l’agrément complet pour pouvoir bénéficier de la mention « rhum Bio », d’où le terme déjà flatteur de « Cannes bio » peint sur la bouteille, mais qui ne fait référence qu’à la canne à sucre. Hasard du calendrier, le précieux sésame arrivera peu avant le Whisky Live de Paris, laissant juste le temps à Neisson d’apposer au dos des bouteilles un sticker supplémentaire mentionnant « Rhum Agricole Bio », venant ainsi boucler la boucle. Cette cuvée spéciale a été élaborée à partir de cannes zicak (B59) récoltées sur les parcelles de Desnel au Gros Morne spécialement pour Neisson.

Agriculture biologique | vers le respect de la terre

Neisson s’est lancé dans l’aventure du Bio il y a de ça 5 ans (la conversion des terres a débuté en 2013), le temps de convertir une partie de leurs terres agricoles et passer d’une agriculture conventionnelle (et déjà respectueuse) à une agriculture biologique ; cinq années passées à sillonner un chemin semé d’embûches avec, à la clé, la fameuse certification AB.

Les résultats ne se sont pas fait attendre et les organismes vivants présents dans le sol se sont développés comme jamai, signes d’une terre saine et d’un environnement propice à la vie. La flore n’a pas été en reste, même si les adventices s’en donnent à cœur joie poussant de plus belle sous un climat déjà propice à leur gigantisme ; ainsi la première année, Neisson est passé de 40 heures d’intervention humaine à l’hectare pour un champ classique à 600 heures pour ses parcelles Bio, générant des coûts importants mais qui n’auront jamais mis à mal leur volonté de mener à bien ce projet.

Aujourd’hui, la surface en bio chez Neisson approche les 4 hectares, avec l’idée de couvrir progressivement la totalité des champs entourant la distillerie. Les contraintes techniques sont néanmoins très lourdes, car c’est bien le rhum qui est certifié bio chez Neisson et pas uniquement la canne à sucre ; Ainsi l’agrément a été délivré pour toute la production, de la canne jusqu’à l’embouteillage et il est, par exemple, nécessaire avant chaque récolte d’épuiser la colonne Savalle de son alcool, de la nettoyer tout comme les cuves de fermentation. C’est uniquement après ses interventions que le rhum issu des parcelles bio pourra acquérir la certification tant méritée et ses caractéristiques propres qui n’auront jamais autant donné de sens au mot terroir. Trêve de blabla, place à la dégustation en commençant par les derniers arrivés, avant de terminer sur la gamme classique…

A lire aussi : Le Bio en Questions, et un entretien avec Grégory Vernant

 

 

 

Neisson Canne Bio / 66°

Une cuvée habillée par Tatanka pour les 60 ans de LMDW ; il s’agit d’un rhum blanc dont la canne à sucre (canne zicak/B59) est issue de parcelles situées au Gros Morne, appartenant à Desnel et cultivées spécialement pour Neisson. Il s’agit donc d’un rhum produit à partir d’une seule variété de canne à sucre. 

 

La robe est incolore et surmontée d’un disque gras en surface.
Le nez est très végétal, sur des notes de canne et d’herbes fraîches (canne vapeur? avec une odeur un peu pesante), d’épices (muscade) et d’écorce d’agrume (zeste de citron vert) qui apportent une belle fraîcheur. A dominante verte, capiteuse et épicée, le rhum dévoile des fleurs encore en bouton. Il semble garder ce côté végétal avec le repos, laissant juste entrevoir quelques petits fruits exotiques. Plus le temps passe et plus la canne se montre mûre, lourde et comme cuite.

En bouche l’attaque est puissante et vive, très fraîche et concentrée, très acidulée et à la fois assez sucrée. Tonique, sur une canne verte et du citron, c’est très très frais voire même mentholé, avec cette impression de croquer dans un radis rouge, avec un petit côté piquant et poivré qui vient renforcer la bouche, mais toujours avec suffisamment de sucrosité pour équilibrer l’ensemble. un rhum exubérant et excentrique, très riche.

La fin de bouche est longue, toujours dans cette dynamique acidulée et végétale et toujours rafraîchissante, et propose un peu plus de clémence pulpeuse et plus florale, plus sucrée aussi, et épicée. Retour de la canne pour un ultime récital.

Un rhum très végétal au nez et très rafraichissant en bouche avec une très belle concentration, mais à qui il manquerait peut-être un pus de diversité. Un rhum au caractère bien trempé. Note: 84

 

 


 

 

Neisson Canne Bio / 55°

Le même rhum issu de la même canne que la version à 66° ci-dessus, mais ramené à 55°.

 

La robe n’apporte que peu de changement mais le nez propose plus de gourmandise et une belle concentration malgré la dilution. Le profil apparait moins végétal que la version à 66, avec toujours ce côté canne vapeur et une ambiance toujours verte, mais cette fois beaucoup plus ‘facile’ avec une canne à sucre plus pulpeuse et plus sucrée. Il y a dans ce rhum plus de fruits aussi, plus de légèreté, de délicatesse et de séduction. Avec le repos une douce odeur de coco qui caresse le nez, accompagnée de zestes dardés.

La bouche est suave et délicate, moelleuse même, et propose une superbe concentration aromatique mélangeant canne sucrée, anis et agrumes chaudement épicés. C’est très agréable et équilibré, cosy. Le rhum file vers une fin de bouche très fraîche, presque mentholée, et gourmande, toujours sucrée.

 

Un rhum réduit qui propose plus de justesse et d’équilibre que la version brute de colonne. Donc à moins de diluer la version précédente parcimonieusement, cette version à 55 charmera plus son auditoire (mais peut-être moins l’amateur de  sensations fortes). Note : 85

 

 

 


 

 

Neisson L’Esprit Bio / 66°

Ce blanc certifié Bio est aussi un brut de colonne, mais il est cette fois fait à partir de cannes à sucres récoltées sur les parcelles situées autour de la distillerie (canne rouge B64, cannelle B82.033 et zicak B59).

C’est un peu la version 2.0 de L’Esprit que nous connaissions jusque là, mais en version BIO et distillé à 66° et non plus à 70° comme traditionnellement. Il prendra progressivement la place de ce dernier, le temps pour Neisson de convertir l’intégralité de ses parcelles en agriculture biologique. 2 600 bouteilles sont actuellement proposées pour le marché local et 1 500 pour l’exportation (début 2017).

 

La robe est cristalline, grasse et surmontée d’un disque  confiant.
Au nez, c’est admirablement frais et rarement un rhum blanc n’aura semblé aussi complexe et fait ressortir des arômes de canne et de citron. Les 66° passent à merveille et la canne est belle et bien au centre du nez, végétale et sucrée, et même encore enracinée dans son terroir (terre) ; elle propose rapidement des notes florales délicates et ensorcelantes, de fleurs blanches follement odorantes. C’est maintenant le citron qui s’immisce un peu plus dans la dégustation ; frais et même glacial, il est riche à cœur et pénétrant.

En bouche, l’attaque est riche et onctueuse et une nouvelle fois très -très- fraîche ; la canne se mélange très harmonieusement avec les agrumes et surtout le citron qui semble littéralement exploser en bouche. Un feu d’artifices ultra-aromatique avec un côté citronné glacé/glacial qui sublime la bouche et met réellement le reste en valeur: tout est superbement fondu et le citron ne fait pas qu’apporter fraicheur et acidité, il sait aussi se montrer confit et sucré et participe grandement à l’ambiance généreuse de ce rhum en bouche qui éclate religieusement ; des notes de poivre blanc apportent du peps mais toujours harmonieusement avec une sucrosité qui montre tout l’équilibre et la complexité de ce blanc, une œuvre d’art en bouche. Avec l’impression d’avoir une menthe glaciale qui accompagne ce citron et la canne. La fin de bouche est interminable, toujours sur ce citron glacial (et mentholé) qui se fait confit et permet de finir la dégustation sur une note on ne peut plus agréable et sereine, au bon souvenir d’une canne magnifiée et d’un terroir respecté. Le verre vide fait revivre un citron vert via son zeste d’une maturité exemplaire. Orgasme buccal garanti et rhum blanc exquis.

Encore meilleur que le classique? Le nez est à la fois envoûtant et électrisant (canne, fleur blanche odorante et citron glacial). La bouche est une explosion de saveurs, une orgie d’arômes et une ode à la canne avec toujours ce citron glacé très -très- rafraîchissant et une sucrosité qui rend la dégustation généreuse et interminable. S’il fallait choisir entre L’Esprit classique et L’Esprit bio, le choix serait cornélien, mais le bio l’emporterait tout de même avec un rhum plus aromatique et une bouche à la fraîcheur électrisante. L’alcool est une nouvelle fois très bien intégré et les 4° de moins que le précédent Esprit font de ce rhum une eau-de-vie à déguster pure et avec un plaisir décuplé. Généreux et interminablement bon, un blanc orgasmique. Note: 91

 

 


 

 

Continuons sur les rhums blancs de chez Neisson avec cette fois le reste de la gamme…

 

 

Le Rhum Blanc par Neisson / 52,5°

Issu des cannes des parcelles de La Thieubert, ce blanc a maturé plus de 4 mois, au cours duquel les crus sont brassés et aérés quotidiennement. S’en suit une réduction lente et minutieuse. D’abord disponible sous forme de carafe, il est depuis quelques années uniquement distribué en bouteille.

 

Robe cristalline, huileuse et opulente, The rhum blanc by Neisson.
Au nez, le rhum est d’une délicatesse captivante et charmante, très parfumé, sur une canne très fruitée et fraîchement anisée, gorgée de sucre, mâture et tout en finesse. Neisson excelle déjà dans la finesse de son boisé sur les rhums vieux, mais ce blanc révèle une autre maîtrise qui laisse rêveur, tout aussi séduisante et impressionnante. On a l’impression d’être devant l’essence même de la canne, son cœur fibreux qui aurait été pressé à son paroxysme, une eau-de-vie de canne dans toute son authenticité, et dans toute sa splendeur. Un voile fruité et très doux, sucré, de petits fruits rouges (grenadine) flotte au-dessus du verre et donne une sensation de plénitude. Magnifique.

En bouche, c’est suave, soyeux, rond et très riche ; la canne fraiche explose et caresse la bouche entière, toute en maîtrise et en sensualité. Le rhum fait parler des notes végétales d’anis fraîche, accompagnée de fruits mûrs pour une bouche ronde et gourmande où la canne est reine, dans un mélange fondu homogène et très complexe. La Fin de bouche est longue, des rhizomes aux plumeaux pour un retour aux sources assumé, réglissé ; on sent la canne et rien de plus normal pour un rhum blanc. Un must.

Une institution pour tout amateur de rhum, encore meilleur pur qu’accompagné, ce blanc est dans la cours des très grands, et allie parfum, intensité et complexité. Du velours dans la bouche et des rêves plein la tête. L’équilibre parfait, et un nez à damner. Note: 90

 

 


 

 

Le Rhum Blanc par Neisson / 55°

Un assemblage de blancs issus de cannes qui proviennent de parcelles situées sur les communes de Saint-Pierre et du Carbet. La maturation dure au minimum 8 semaines au cours desquelles, ils sont brassés, aérés et progressivement réduits au degré final de 50 et 55°.

 

Robe cristalline, disque gras, ambiance eau-de-vie.
Au nez, le rhum se fait plus austère que le 52,5° (qui ne le serait pas?). D’abord assez doux et retenu sur le premier nez, on sent débarquer des agrumes qui ensoleillent le nez et lui donnent des allures de ti’punch. Plus le temps passe et plus les agrumes se font présents, tout en fraîcheur comme pour relever les douces odeurs de canne qui s’échappe du verre, de terre, et avec une sucrosité une nouvelle fois très agréable. A la différence du 52,5 qui est un parfum, ce blanc à 55° propose un blanc plus classique mais tout en sachant rester intense .

En bouche, l’attaque est suave et douce, mélangeant harmonieusement une canne citronnée très fraîche, de la réglisse et du sucre. Riche et plus intense que le 52,5, ce rhum fait plus parler la puissance que son petit frère et propose plus de corps, de rugosité en bouche. La fin de bouche est longue et savoureuse, au bon souvenir des agrumes et de leur peau sucrée.

Plus réglissé et végétal que le  Neisson 52,5°, ce blanc est complémentaire et propose une vision plus terre à terre du rhum agricole blanc, plus imposante mais toujours avec une très belle intensité des saveurs. Note: 83

 

 

 


 

 

L’Esprit par Neisson / 70°

Depuis 15 ans maintenant, la distillerie Neisson propose ce rhum brut de colonne, produit exclusivement à partir des cannes des parcelles de La Thieubert au Carbet (cannes bleue et cristalline). Ni réduction ni mouillage, il est embouteillé comme il sort de la colonne à distiller Savalle. Ensuite assoupli en cuves inox pendant 6 mois puis embouteillé, il représente l’esprit de la maison et concentre toute son authenticité.

 

Le nectar des dieux, cristallin, et aussi imposant que son homologue vieilli, ce blanc propose un disque gras en surface et des milliers de larmes sur les parois.
Au nez, jamais un rhum agricole blanc n’aura semblé aussi concentré et à la fois si doux. C’est opulent et jouissif, brutal et affectueux ; les fleurs et les fruits exotiques explosent au nez, rappelant le 52,5° mais en version XXL et avec des kilos d’agrumes en sus. L’alcool est très bien intégré au vu du chiffre faramineux annoncé sur la bouteille, et on se dit que niveau authenticité on ne peut guère faire mieux, peut-être aussi bien, et encore. L’alcool cache forcément des choses, mais il faut admettre qu’il laisse échapper une richesse aromatique ahurissante et sans précédent, une finesse inouïe où les agrumes semblent prendre un peu plus de place avec le temps, comme confinée dans une canne mature.

En bouche, l’attaque n’est pas qu’onctueuse, elle semble littéralement fondre et même s’évaporer sur la langue avant de se répandre sur le palais et dans toute la bouche, en déposant une couche résineuse qui semble fondre tous les arômes: canne à sucre, agrumes, fleurs, fruits exotiques, sucre, acidité, fraîcheur mais aussi une rasade de réglisse ; c’est un festival d’arômes, un feu d’artifices de saveurs, une explosion buccale qui procure un plaisir insoupçonné. Voilà une eau-de-vie de canne à sucre dans toute sa splendeur, dépassant de loin le simple le rhum pour toucher au divin, à effleurer un morceau de ciel. A se demander jusqu’où montent les cannes à sucre de Neisson, jusqu’au ciel ? dans l’espace?? car il est bien plus qu’aérien, il est spatial. En tout cas la suite est interminable et prolongera le plaisir encore longuement, dans une complexité et une richesse éblouissante, que personne ne pourra concurrencer, qu’on se le dise.

C’est simple, jamais une eau-de-vie à 70° n’aura semblé aussi raffinée et élégante. C’est un modèle, un cas unique qu’il conviendra d’essayer au moins une fois dans une vie, mais dont on n’abusera jamais (oui les 70° feront leur effet). C’est ici le début de la vie, le fondement de la canne et les prémices de l’authenticité. Note: 88

 

 

 

90 et + : rhum exceptionnel et unique, c’est le must du must
entre 85 et 89 : rhum très recommandé, avec ce petit quelque chose qui fait la différence
entre 80 et 84 : rhum recommandable
75-79 POINTS : au-dessus de la moyenne
70-74 POINTS : dans la moyenne basse
moins de 70 : pas très bon
Leave A Comment